Presse

Ingrid Estarque

"

Ingrid Estarque le danse à l'estomac.

 

Si les mantras indiens ont à voir avec ses pratiques personnelles de méditation et de yoga, c’est en collaborant avec la compagnie initiatrice du courant de la magie nouvelle 14:20 – équipe composée de Clément Debailleul, Raphaël Navarro et Valentine Losseau – qu’elle a découvert la discipline. « Souvent, lorsqu’on parle de magie, les gens pensent à des tours du type lapin sortant d’un chapeau. La magie nouvelle propose une autre approche au spectateur, où le sensible occupe une grande place. Plutôt que de proposer un tour de magie, il s’agit de faire naître un sentiment magique chez celui qui regarde. Par cette rencontre, j’ai pu formuler ce qui m’intéressait de travailler : les états modifiés de conscience, la question de la présence. Ce champ synthétise nombre d’émotions et de pratiques que je souhaite expérimenter au plateau.»

                             

                                                                                                                                                     Caroline Châtelet -scene web

Capture d’écran 2022-09-25 à 10.50.39.png

HDS MAG -Mélanie Le Beller

Ingrid Estarque s’est familiarisée à la danse par la voie du hip hop. Au fil de son apprentissage et de ses multiples collaborations, elle s’exerce également à d’autres styles de danse, du contemporain à l’africain. Elle fonde dès 2010 sa propre compagnie qu’elle intitule "IN". En plus de ses créations, elle transmet son savoir en qualité de professeur de danse et d’expression scénique.  

                                                                                                                                                  Culturebox- Janvier 2017

L’étrange charme de la danseuse de hip-hop contemporain Ingrid Estarque ne s’oublie pas. Accompagnée au piano par Patrick Watson, la chorégraphe réalise le rêve de tout danseur : parfaire une danse aérienne en maniant l’art de la lévitation. Telle une figure gracile qui hante nos rêves, elle revient également sur scène accompagnée d’un double numérique prenant la forme d’une ombre fuyante, véritable mémoire de ses mouvements. 

​                                                  

                                                                                                                                                                                     Écriture créative-Juillet 2017

Il y a d’abord, Ingrid Estarque. Mi-féline, mi-sirène. Une danseuse longiligne qui s’élève dans les airs. Comme ça, l’air de rien. De façon tellement naturelle qu’elle semble en apesanteur et que l’on se demande où l’on a atterri...(...)Tout à coup, grâce à ces cinq artistes et à deux musiciens –une pianiste et un chanteur-, nous ne sommes plus Salle Renaud-Barrault. Nous ne sommes plus à Paris, dehors il ne pleut plus et le monde n’est plus malade. Grâce à eux, nous nous évadons deux heures durant vers une contrée faite de songes, de poésie et de surnaturel. 

                                                                                                 

                                                                                                                                                                                 Les 5pièces- Juin 2016

Cette forme actuelle, qui place le déséquilibre des sens et le détournement du réel au centre des enjeux artistiques. Une brochette de talents exceptionnels : la magnifique danseuse Ingrid Estarque.

                                                                                                                                               Valeurs actuelles-20 juin 2016

Habilement, David Lescot - qui joue lui-même plusieurs rôles (dont un ours polaire) - nous conduit de scène en scène dans des milieux différents, à la découverte de personnalités fortes.(...)superbe, avec Ingrid Estarque. 

                                                                                                                                                                                   Figaro Scope- 10/12/2015